Le test

Après avoir passé mes derniers jours à jouer à The Last Of Us, je peux enfin vous dévoiler mon avis sur ce chef d’oeuvre vidéoludique made in Naughty Dog . Après Uncharted 3 , le studio de développement du célèbre Christophe Balestra nous propose son nouveau bijoux vidéoludique en cette belle année 2013 .

the-last-of-us-playstation-3-ps3-1368774826-095the-last-of-us-playstation-3-ps3-1370438091-122

Une scénario bien construit.

La majorité du scénario de The Last Of Us   repose sur l’expansion d’un virus provoqué par le Cordiceps, un champignon vénéneux. Le virus peut se transmettre de personne en personne par morsure . Après avoir perdu sa fille d’une balle dans la tête en 2013 (oui comme cette année!) , Joel survis tant bien que mal à cette pandémie, jusqu’au jour ou il croisera la route de la jeune Ellie . Il ne le sait pas encore même cette fille va bouleverser son existence.

Je préfère m’arrêter là pour ce qui est de la présentation de la trame principale car je risquerais de vous spoiler le début du jeu qui est déjà fort en rebondissement.

Une mise en scène incroyable !

Tout au long de l’aventure solo , on découvre de magnifiques paysages , on sent l’incroyable boulot de Naughty Dog en ce qui concerne les textures , que ce soit la neige, l’eau ou encore l’herbe. Le jeu d’ombres et de lumières est tout simplement grandiose . La bande son  est d’une qualité irréprochable  et colle magnifiquement bien a l’histoire ( je vais d’ailleurs me la commander prochainement).

Les personnages sont charismatiques et ont chacun leur propre caractère. La relation Père fille qui s’installe au fur et a mesure de l’histoire entre Joel et Ellie rend le jeu  semblable à un film de cinéma. On veut toujours connaître la suite et vite !

Un excellent gameplay mais une caméra capricieuse .

Au niveau du gameplay , le jeu est une sorte de mélange entre action et infiltration. Dans certaines phases de jeu,  il  nous arrive de zigzaguer entre les infectés pour ne pas les réveiller et d’autres fois il nous arrive de tout défoncer a coup de cocktails Molotov et bombes explosifs. Dans tous les cas, la possibilité de crafter des objets au cours de l’aventure est une très bonne idée. En effet en ramassant des composants, un peu partout dans la map , il est possible de confectionner des soins, des bombes ou encore  des surins ( qui permettent de crocheter des serrures ou d’éliminer des infectés).

J’ai eu pas mal de difficulté au départ avec la caméra qui, je trouve, n’est pas bien optimisé . Ce n’est jamais simple sur un TPS de gérer la camera et je m’en suis vite rendu compte même si on finit par s’y habituer rapidement.

the-last-of-us-playstation-3-ps3-1330679070-027 the-last-of-us-playstation-3-ps3-1370438091-127

Un mode multijoueur original et attractif !

Le mode online est vraiment surprenant. Au départ je n’y portais pas une grande importance  mais je dois dire que j’avais bien tort . Ce mode prolonge considérablement la durée de vie tout en apportant une touche coopérative au jeu. On prend réellement beaucoup de plaisir à jouer à 8 dans des matchs assez stratégiques mais ouverts à tout niveau.

Le online se distingue des autres jeux par son originalité. Au départ il faut choisir son camp entre les chasseurs et les lucioles. Dès lors l’ objectif sera de veiller sur son camp pendant 12 semaines ce qui équivaut à 84 parties car un jour représente une partie dans le jeu. Dans chaque partie online , il faut ramasser un maximum de rations pour nos survivants. Pour cela il faudra évidemment tuer des ennemis, ramasser des pièces dans les coffres mais aussi crafter des armes et des bombes. Dans chaque partie il  faut un nombre précis de rations à ramener.

Et c’est là toute l’originalité de la chose, c’est à dire qu’on ne doit pas forcément gagner la partie pour remplir notre mission.

Le mode multijoueurs comporte deux styles de match :

  • Raid : Une sorte de match à mort par équipe , chaque équipe  à un compteur de 20 vies, la première équipe qui n’a plus de vie perd le match
  • Survivor: Une sorte de match à mort qui se déroule sur plusieurs manches, dans chaque manche vous devez survivre jusqu’à tuer toute l’équipe adverse. Les survivants font gagner leur équipe.

Pour l’instant peu de modes de jeu mais beaucoup de maps assez variées. Espérons que les prochains DLC nous apporterons de nouveaux modes de jeu, cela serait dommage de ne pas profiter de ne pas en profiter.

Une durée de vie honorable et un Platine assez inégal.

Pour ma première partie solo en normal j’ai mis environ 13h , en ne trouvant pas tous les objets cachés. La durée de vie est donc plutôt moyenne mais avec les modes survivant et survivant + à refaire pour le platine, il n’y a pas de soucis à se faire ;) Petit point négatif cependant, pour obtenir le platine il faut théoriquement finir le jeu 3 fois ! (normal, survivant et survivant+) . Il existe cependant une technique pour zapper le mode survivant et passer directement au survivant + .

Pour le trophée platine,l’idée de mettre des trophée online ne va pas forcément plaire à tout le monde car il faut disputer 168 matchs . Cela représente un bon paquet d’heures de jeu, mais  honnêtement le online est tellement énorme qu’on ne s’en lasse pas une seconde !

the-last-of-us-playstation-3-ps3-1370284140-118 the-last-of-us-playstation-3-ps3-1370284140-119

Au final

The Last Of Us est un vrai chef d’oeuvre ! Il clos d’une manière magnifique le dernier Jeu Naughty Dog sur PS3 et promet un avenir radieux à la PS4 . Muni d’un scénario palpitant et de personnages attachants, le mode solo se dévore à pleines dents ! On oublie pas le mode multijoueur qui n’a pas été bâclé pour autant. Un jeu à avoir ABSOLUMENT dans sa bibliothèque vidéludique ;)

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)